samedi 10 octobre 2020

Qu'est-ce que le sens ?

Décidément, le sens est bien la direction que nous allons prendre en ce début de "révolution de l'esprit" (cf. le  post d'introduction).

En effet, il m'a dernièrement été fait quelques retours sur un article publié en 2009 (avec le dernier numéro de la défunte revue Archives de Psychologie) dans lequel je proposais une théorie du sens inspirée des oeuvres du biologiste Jakob von Uëxkull et du psychologue Jean Piaget.

J'ai tenté de faire simple mais à l'évidence je n'y ai pas suffisamment réussi. C'est pourquoi, au texte original que vous trouverez ci-dessous, j'ai adjoint un petit enregistrement réalisé à brûle-pourpoint dont vous voudrez bien pardonner les imperfections. C'est mon premier du genre. J'essaierai de faire mieux la prochaine fois ;-)). 

J'y résume, d'une façon que j'espère accessible, la thèse centrale de l'article afin d'aider le lecteur à s'y repérer plus facilement.

Merci d'avance pour les retours, critiques ou pas, que vous souhaiteriez éventuellement me faire.

Le podcast

L'article en pdf


jeudi 27 août 2020

Sens et origine de psyché

 Je découvre avec délectation le beau de Bruno Snell "La découverte de l'esprit" via les "aperçus" qu'autorise Google, vu que le livre est épuisé et que l'éditeur songe seulement à la possibilité de le réimprimer sans horizon clair.

C'est un régal car on vient au coeur des choses, cad, au moment où les choses prennent sens et s'organisent et donc, ici, en l'occurrence, le mental ou ce que nous appelons aussi l'esprit grâce au retour en grâce qu'a permis la traduction du mot "mind" dont la doxa scientifique sous influence franc-maçonne se serait bien passée tant ce mot est lourd de signification métaphysique jugées inopportunes.

Quoi qu'il en soit, j'ai été frappé, après maintes découvertes, notamment sur le caractère inorganisé des sens relatifs au corps, je suis tombé sur l'idée fabuleuse que la psyché serait "une copie, une réplique du défunt".

La chose intéressante est d'abord que nous avons là l'idée que l'esprit est une "copie" du corps de la personne qui s'échappe par la bouche ou les lèvres ouvertes des plaies saignantes.

Ce jeu de miroir entre le corps et l'esprit est quelque chose de nouveau. Car la psyché est généralement appréhendé sous l'angle de la causalité qui est sans forme : contrairement au "moi" (objet), le "je" (sujet) ne peut être "figuré". Il est seulement agent et cela suffit à le défnir ; autrement dit, il est sans "qualité" autre que celle d'être cause.

Si on réduit le sujet individuel à la structure de l'habitude (en tant qu'il n'est jamais qu'un écosystème d'habitude) et si l'on se fixe sur cette unité psychologique élémentaire on peut tout de suite faire le parallèle en observant qu'elle aussi est "duelle" car il y a d'une part la boucle sensori-idéo-motrice qui, incarnée et agissant effectivement sur le milieu (sur son objet) correspond au corps et, d'autre part, la boucle mentale qui, motrice (copie d'efférence) anticipatrice élabore la représentation attendue à l'issue du processus de perception. Vous voyez ce que je veux dire ? Vous trouvez ça bon ? Tant mieux, ça vient de sortir, c'est de mon invention ! :-D

Bref, le livre de Snell est un régal de l'esprit pour qui veut bien se donner la peine de le lire attentivement.

lundi 10 janvier 2011

Bienvenue !

Ce blog constitue le grenier à idées de ce que, pour le momenent et à titre provisoire, j'appellerai le Laboratoire de Psychologie Synthétique.

Il s'agit d'un espace de réflexion que je crois nécessaire et, même urgent dans lequel chacun est invité à participer à l'effort collectif d'avancement d'une science citoyenne du mental qui soit, tout à la fois, soucieuse et gardienne du sens comme de la valeur que la recherche doit avoir pour le grand public.

Ceci, à l'évidence n'est plus garanti depuis longtemps par la recherche institutionnelle ou autre, de sorte qu'un peu partout on jargonne à gogo sans se soucier vraiment de faire retour vers le grand public.

Quand elle est possible (parfois elle ne l'est pas, tout simplement, lorsque le stade qu'on pourrait qualifier de "babélien" est atteint dans tel ou tel champ de recherche comme, par exemple, celui des émotions) la vulgarisation est rarement satisfaisante et contribue à la confusion bien plus qu'à la compréhension.

Bref, il me semble qu'une révolution des sciences de l'esprit est à l'ordre du jour mais, loin de chercher à couper des têtes, il s'agira surtout d'abattre les murailles des tours de Babel afin d'aider le grand public à comprendre qu'en matière de mental ou d'esprit, de psychologie donc, c'est à son tour d'y voir de plus près. ;-)

Qu'est-ce que le sens ?

Décidément, le sens est bien la direction que nous allons prendre en ce début de "révolution de l'esprit" (cf. le  post d'...